Brèves

L'actu du vendredi 15 mai 2020

Un projet de Loi d’habilitation, mais pas que

Les opinions contenues dans cet article ne reflètent pas la pensée de Mode d'Emploi, mais uniquement celle de l'auteur.

Publié le

Un projet de Loi gloubi-boulga

comme évoqué dans la brève du vendredi 7 mai 2020, à la suite du conseil des ministres du jeudi 7 mai 2020, un projet de Loi d’habilitation est en cours de discussion au parlement.

Le texte adopté en première lecture par l’assemblée nationale le 15 mai 2020 contient, en même temps, des habilitations à prendre par ordonnance des mesures matière de travail, d’emploi et de formation professionnelle, et des modifications de la Loi. En voici quelques-unes :

De nombreuses habilitations

Les habilitations prévoient que le Gouvernement pourra prendre par ordonnances des mesures :

  • Ayant pour objet de mettre en œuvre la centralisation des trésoreries des organismes publics ou d’organismes privés chargés d’une mission de service public ». Si un amendement adopté exclut les caisses de retraites complémentaires, le périmètre des organismes concernés reste flou. Des questions se posent notamment pour L’Unedic, organisme paritaire de droit privé ayant une mission de service public (article 3).
  • Visant à adapter les règles de l’activité partielle en fonction du secteur d’activité, des caractéristiques de l’entreprise, de l’impact économique de la crise sanitaire sur l’entreprise et en fonction des catégories de salariés (article 1)
  • Permettant aux salariés placés en situation d’activité partielle d’avoir un maintien de garanties de protection sociale complémentaire applicables le cas échéant dans l’entreprise (article 1)

Des modifications du Code du travail

Après d’intenses débats, plusieurs dispositions qui entaient dans le projet de Loi initiale de simples habilitations ont été inscrites « en dur », dans le projet de Loi.

Il s’agit notamment  de :

  • La possibilité de déroger aux stipulations d’un accord de branche, par un accord d’entreprise, sur le nombre maximal de renouvellements possibles des CDD et contrat de mission  (Article 1er decies)
  • La possibilité pour le CSE de décider, par une délibération, de consacrer une partie inférieure ou égale à la moitié de son budget de fonctionnement au financement des activités sociales et culturelles. Cette mesure controversée risque de diminuer le budget relatif aux expertises du CSE (Article 1er octies G).
  • Faire financer par le Fonds de solidarité vieillesse l’acquisition des droits à la retraite de base pour les salariés placés en situation d’activité partielle (Article 1er quater A)

La réaction de Laurent berger, secrétaire général de la CFDT, lors du vote sur la disposition visant à permettre au CSE d’utiliser une partie du budget de fonctionnement pour les ASC fut immédiate :

Le tweet agacé de Laurent Berger

Vous souhaitez répondre ?

Il est possible de faire parvenir à l'équipe une contribution sur ce sujet, notamment si vous êtes en désaccord.

C'est par ici : Contact

Recommandé pour vous

Dette de l’Assurance chômage : à qui la faute?

1 Avant-propos Nous sommes en 2018, la Loi « liberté de choisir son avenir professionnel » vient à peine d’être promulguée au Journal officiel que le Gouvernement demande aux partenaires sociaux de revoir les règles de l’Assurance chômage. Pour ce faire, il utilise un nouveau dispositif : la lettre de cadrage de la négociation. Cette lettre de cadrage […]

La délégation FO à la séance de négociation sur l'assurance chômage au siège du MEDEF à Paris, le 18 janvier 2018.

Télétravail : La guerre des tickets-restos

Télétravail : Le Tribunal de Nanterre considère que les tickets-repas sont réservés aux salariés qui se déplacent au bureau pour compenser le surcoût d’un repas pris en dehors de leur domicile en raison de leur activité professionnelle et lorsque leur temps de travail inclut une pause méridienne.

télétravail ticket resto