Brèves

L'actu du mardi 21 avril 2020

LREM pense l’après

Les opinions contenues dans cet article ne reflètent pas la pensée de Mode d'Emploi, mais uniquement celle de l'auteur.

Publié le

Marc Ferracci coordonne un groupe de travail

LREM se penche sur la question de l’après crise du Covid-19 en lançant 4 groupes de travail, sous la coordination de Marc Ferracci[1]. L’idée de ces groupes de travail est notamment de réfléchir aux droits des travailleurs et de poursuivre la construction d’une protection sociale indépendante des statuts. Cela pourrait se traduire, précise le communiqué, par la portabilité des droits sociaux attachés à chaque actif dans une « banque du temps ». Cela « permettrait à chacun de moduler son temps de travail tout au long de sa vie » affirme le communiqué de presse.

Les axes de travail de LREM

4 axes de travail ont été définis :

  • Quelle organisation du travail, pendant et après la crise ?
  • Quelles protections et quels droits nouveaux en réponse à la crise ?
  • Comment mieux prendre en compte l’utilité sociale des individus et des métiers dans le contexte de la crise, et au-delà ?
  • Comment orienter le marché du travail vers une véritable économie de la reconstruction ?
Stanislas Guérini, au centre, délégué général de LREM – Photo @Alde

[1] conseiller spécial auprès de la ministre du Travail et architecte de la réforme de l’Assurance chômage

Vous souhaitez répondre ?

Il est possible de faire parvenir à l'équipe une contribution sur ce sujet, notamment si vous êtes en désaccord.

C'est par ici : Contact

Recommandé pour vous

Dette de l’Assurance chômage : à qui la faute?

1 Avant-propos Nous sommes en 2018, la Loi « liberté de choisir son avenir professionnel » vient à peine d’être promulguée au Journal officiel que le Gouvernement demande aux partenaires sociaux de revoir les règles de l’Assurance chômage. Pour ce faire, il utilise un nouveau dispositif : la lettre de cadrage de la négociation. Cette lettre de cadrage […]

La délégation FO à la séance de négociation sur l'assurance chômage au siège du MEDEF à Paris, le 18 janvier 2018.

Télétravail : La guerre des tickets-restos

Télétravail : Le Tribunal de Nanterre considère que les tickets-repas sont réservés aux salariés qui se déplacent au bureau pour compenser le surcoût d’un repas pris en dehors de leur domicile en raison de leur activité professionnelle et lorsque leur temps de travail inclut une pause méridienne.

télétravail ticket resto