Articles

Chronique internationale : Les primaires aux USA

Primaire démocrate et sécurité sociale : un enjeu social majeur (Partie 2)

Les opinions contenues dans cet article ne reflètent pas la pensée de Mode d'Emploi, mais uniquement celle de l'auteur.

Publié le par Arthur Brunelliere

Suite au « Super Tuesday » du 3 mars dernier, la course à la candidature démocrate s’est polarisée sur deux candidatures : Bernard (Bernard) Sanders et Joe (Joseph) Biden. Nous étudierons ici leurs programmes relatifs au « health care ».

Lire la première partie : Partie 1

Bernie Sanders

Bernie Sanders – Crédit : Gage Skidmore

En savoir plus : https://berniesanders.com/issues/medicare-for-all/

Il est considéré comme le candidat le plus à gauche de cette primaire. Il se définit comme un candidat social-démocrate, ce qui est assez révolutionnaire vu des Etats Unis.

Pour Bernie Sanders, la santé est un droit de l’homme. Il souhaite l’extension du système d’assurance maladie Medicare pour tous (Medicare for all) les citoyens américains et donc de facto la création d’un système universel d’assurance maladie.  Cette extension permettrait, selon lui, d’assurer 30 millions de citoyens qui ne sont aujourd’hui couverts par aucune assurance publique ou privée et des millions d’autres qui sont sous assurés.

Il s’attaque donc aux entreprises pharmaceutiques et d’assurance qui pendant des années ont préféré, selon lui, l’investissement publicitaire à l’investissement dans la recherche et le médical. Il reproche aux groupes d’influences de ces entreprises d’avoir une activité trop conséquente sur les parlementaires et d’oublier ce qui devrait être leur raison d’être : garantir la santé des américains, au lieu de réaliser des profits.

Il insiste sur le fait que le programme qu’il propose sera un « single payer systems » qui implique que seul l’Etat et non les assurances privées participeront au financement de ce système.

Ce système devra, en outre, permettre la réduction du coût des médicaments. Pour cela il propose que la loi permette à l’institution Medicare denégocier directement avec les entreprises pharmaceutiques le coût des médicaments.

Son programme doit permettre aux pharmaciens, patients, et grossistes de médicaments de les acheter directement des médicaments sur prescription dans les autres pays industrialisés, mais aussi de fixer leurs prix par la loi à partir du prix médian des médicaments dans 5 pays (France, Canada, Royaume unis, Allemagne et Japon).

Il précise enfin que la mise en place de ce système permettra aux Etats Unis de sortir de l’exception qui faisait que cette nation était la seule des Etats industrialisés à ne pas posséder de système d’assurance maladie universelle.

Joe Biden

Joe Biden – Crédit : Gage Skidmore

En savoir plus : https://joebiden.com/healthcare/

Il porte une position plus modérée sur le spectre politique démocrate. Il est pour l’heure le favori dans les sondages. 

Son programme se veut la poursuite du plan initié par Obama (dont il a été pendant 8 ans le vice-président), mais sans mise en place d’une assurance santé pour tous.

Son objectif est de renforcer l’Obamacare (Affordable care act) en donnant aux américains plus de choix, en réduisant le coût des frais de santé, et en supprimant les complexités administratives du système de santé actuel.

Son plan se divise en quatre temps. Tout d’abord, il considère que chaque américain a le droit à un accès libre et abordable à une assurance santé. Ainsi, il propose qu’aucun américain n’ait à subir l’inquiétude du lendemain sur les questions de santé, en réduisant les coûts et la complexité du système actuel. Par ailleurs, il propose de lutter contre les abus de pouvoir dans la fixation des prix des médicaments par l’industrie pharmaceutique. Enfin, il souhaiterait que chaque américain ait un droit à l’accès à une assurance santé et qu’il ne s’agisse pas d’un privilège pour certains.

Le premier pan du programme de Biden propose la mise en place d’une assurance maladie publique optionnelle, fondée sur le modèle de Medicare.  Il promet aussi d’augmenter la valeur des crédits d’impôt pour baisser le coût des primes d’assurance. Enfin il s’engage à étendre la couverture maladie de Medicaid aux bas revenus (notamment pour les 4,9 millions d’américains des 14 états fédérés ayant refusé cette extension dans le cadre de l’Obamacare).

La deuxième partie de ce programme propose de réduire les coûts des médicaments en supprimant les monopoles des entreprises pharmaceutiques en développant une politique de concurrence pour contrer la création de monopole Il souhaite aussi réduire les coûts des prestations santé en développant des partenariats ciblés avec les personnels de santé. Enfin il s’engage à supprimer les frais « surprises » induits lorsque les soins n’ont pas été réalisés dans le même réseau d’hôpitaux ou de médecins labélisé par leurs l‘assurance

Dans le troisième pan, Joe Biden propose d’abroger les exceptions existantes empêchant une négociation entre Medicaid et les compagnies pharmaceutiques relatives au prix de certains médicaments. L’objectif est de limiter les prix de lancement de certains médicaments qui ne sont fabriqués que par une entreprise pharmaceutique ne subissant aucune concurrence. Par ailleurs, il souhaite comme Bernie Sanders ouvrir la possibilité de bénéficier, sur prescription, de médicaments vendus à l’étranger. Enfin, il projette de supprimer la déduction d’impôt existant actuellement sur les publicités réalisées sur les médicaments. Il rappelle que 6 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour cette déduction.

Enfin, la dernière partie de sa réforme du système de santé américain se focalise sur le doublement des investissements dans les centres de santé de proximité. Son programme se fait alors ici plus sociétal : facilitation de la contraception et garantie de l’avortement, réduction la mortalité infantile chez les « personnes de couleurs », garantie d’un accès à la santé identique quelques soit son genre ou son orientation sexuelle.   

Libéralisme ou socialisme démocrate

Vous l’aurez compris deux visions philosophiques libérale et socialiste diverge à partir du même terreau démocrate : La première consiste en une véritable refonte du système de sécurité sociale américain, en incluant dans celui-ci une branche maladie. La seconde consistant en l’agrandissement du filet de sécurité existant qui s’apparenterait en France à une aide sociale (minima sociaux, Aide médicale d’Etat…) améliorée.  Entre la rustine et la nouvelle chambre à air, les américains devront choisir quel coup de pédale il souhaite donner à leur « bicycle-états-unis ». 

 « Les hommes de notre temps s’aperçoivent que les anciens pouvoirs s’écroulent de toutes parts ; ils voient toutes les anciennes influences qui meurent, toutes les anciennes barrières qui tombent ; … » nous disait Tocqueville en son temps. Une nouvelle révolution est-elle en marche in the « land of the free » ? Rien n’est moins sûr …

Finalement, c’est Joe Biden qui sera le candidat démocrate face à Donald trump, suite au retrait de Bernie Sander le 8 avril 2020.

Vous souhaitez répondre ?

Il est possible de faire parvenir à l'équipe une contribution sur ce sujet, notamment si vous êtes en désaccord.

C'est par ici : Contact

Recommandé pour vous

Dette de l’Assurance chômage : à qui la faute?

1 Avant-propos Nous sommes en 2018, la Loi « liberté de choisir son avenir professionnel » vient à peine d’être promulguée au Journal officiel que le Gouvernement demande aux partenaires sociaux de revoir les règles de l’Assurance chômage. Pour ce faire, il utilise un nouveau dispositif : la lettre de cadrage de la négociation. Cette lettre de cadrage […]

La délégation FO à la séance de négociation sur l'assurance chômage au siège du MEDEF à Paris, le 18 janvier 2018.

Télétravail : La guerre des tickets-restos

Télétravail : Le Tribunal de Nanterre considère que les tickets-repas sont réservés aux salariés qui se déplacent au bureau pour compenser le surcoût d’un repas pris en dehors de leur domicile en raison de leur activité professionnelle et lorsque leur temps de travail inclut une pause méridienne.

télétravail ticket resto